Articles de jdizant
  • Johann Dizant Ecrivain
  • Braine le Comte

Articles de jdizant

Seul

Par Le 24/09/2022

Seul

Seul, c’est regarder les autres s’aimer, c’est se raconter des histoires d’amour.

Seul, c’est s’habiller de rêves pour supporter la froideur de sa vie.

Seul, c’est rêver de normalité, c’est se contenter de peu.
Seul, c’est mourir à petit feu dans sa couche où personne ne vous touche.

Seul, c’est payer pour aimer, un moment pour être simplement caressé. 
Seul, c’est ce condamné du jeu de la vie, c’est rêver d’être un autre.
Seul, c’est espérer, un jour, trouver des yeux qui vous rendront
moins seul.

La lumière

Par Le 24/09/2022

La lumière

C’est un premier regard,

un souffle coupé,

une lueur,

un espoir,

une envie,

un été.

C’est un premier sourire,

un rire,

un fou rire,

une respiration,

un voyage,

une libération.

C’est un premier pas fébrile,

mes jambes en coton,

un nuage,

un doute,

un prénom.

C’est un premier mot semé à la douceur de ta voix.

C’est une première phrase germant au fond de mon estomac.

C’est ce premier  touché,  

je t’effleure du bout des doigts,

je te cueille à l’orée de mes bras.

C’est une odeur, une fleur, une rose, un bégonia.

C’est une première nuit, mon corps ému, valsant autour du tien.

C’est une première nuit, mes mains maladroites, mon cœur embrassant tes seins.

C’est une première nuit, la première de toute ma vie.

C’est un premier matin, ton âme au naturelle, si pur, si doux, si belle…

tes lèvres tendues, ton regard me couvrant d’étincelles.

C’est un premier au revoir, une attente, une impatience, une joie, un espoir.

C’est un premier je t’aime, un premier appartement, un premier agacement, un premier mot tendu, une première dispute, un premier projet d’enfant, un premier aman, une première réconciliation, une première désillusion, un premier compromis, un premier démenti, un premier mot cruel…

Et puis, cette deuxième fois qu’on n’a pas su réinventer.

Cette troisième fois qui est passée inaperçue.

Cette quatrième fois tombée dans l’habitude.

Cette cinquième fois faite de lassitude.

Cette sixième fois arrosée de reproches.

Cette septième fois où l’on s’est détruit à coups de poing, de point final à cette histoire. Si seulement nous avions su que les deuxièmes fois n’existaient pas.

Habitude

Par Le 24/09/2022

Habitude

Je suis ton habitude, à deux une solitude, ton assurance, plus vraiment une chance, ta stabilité, juste avant de trébucher, une lassitude, une vielle inquiétude, un fantôme, un symptôme, une caresse, une indélicatesse, une passion mortelle, un poison éternel, vingt ans à la dérive, un amour incolore, insipide, inodore,  ta dernière marche, un corps ridé, une tâche, un sacrifice, un caprice, ton vide, un cœur déchu, un malentendu, une mauvaise surprise, ton Martini olive, une rampe, une crampe, des crocs usés, des serres érodées, une peau fatiguée, des doigts crispés, un point, une tragédie, un poing, un vestige, une ruine, un vertige, une cicatrice, un rhumatisme, ton cancer, ton illusion, ta maladie, ton purgatoire, ton désespoir, un suicide…je suis ton habitude.

Johann DIZANT

Elle s'égare

Par Le 24/09/2022

Elle s'égare

 

Valise brune déposée à ses pieds, elle attend sur le quai d’une gare de campagne un train, une idée, une main...

Le cœur brumeux, les poings serrés, une mer de blé l’accompagne dans son chagrin, elle attend un rêve, un destin…

Deux talons aiguilles noirs prennent racine dans les graviers. Un long manteau en feutrine rougeâtre recouvre son tronc un peu plié. Elle attend en vain…

Dorée à la cime, seules les larmes ruisselant sur son visage la différencient d’une statue de Rodin.  Elle attend un espoir, un lendemain…

Dans cette errance, elle chantonne une douce mélodie. Du bout des lèvres, quelques notes s’écrasent sur une voie orpheline. Elle attend un refrain, son prochain…

Le ciel s’émeut et s’épanche sur cette femme. Sa peau se noie, son cœur se débat, elle attend un matin, un soutien.

À vivre sur la lune, la terre a un gout amer. Elle se perd dans les nuages, recherche une éclaircie, un paradis, une vie sans démon. Elle attend…

Partir est une chose, arriver en est une autre.

Le jour tire sa révérence, aucun train se s'est présenté.

Valise à la main, elle reprend son chemin.

 

Un nuage de mots

Par Le 24/09/2022

Après une nuit dérobée, l’amant chantonne quelques notes de musique. La maitresse séduite par la mélodie lui demande quel est cet air envoutant.

- Celui du bonheur, répond-il.

- Depuis quand le connaissez-vous ?

- Depuis que mon cœur joue pour vous!

 

Johann DIZANT

L'accent wallon : Tiens, voilà l'facteur!

Par Le 15/07/2021

Avant-propos de l’auteur : Tiens, voilà l'facteur !

 

« Le wallon, c’est chantant, c’est une langue du sud ! »

 

Ce livre est une photographie d’une époque, d’une région où le wallon disparaissait avec ses vieux et ses vieilles. Cet écrit ne prétend pas utiliser les règles grammaticales et orthographiques du wallon, mais simplement relater ce qu’il restait du patois dans les années 80 au village des Beaux-Sarts… un wallon spotchî, mais qui reste un réel plaisir pour les oreilles.

 

Pour illustrer mes propos, je vous invite à découvrir Bob Dechamps et sa définition de l'accent wallon. 

 

 

 

Tiens, voilà l'facteur !

Par Le 15/07/2021

Il ne peut y avoir une autre chanson pour accompagner ce livre.